Le FBI réussit à débloquer l’iPhone du tueur de San Bernardino sans l’aide d’Apple

Face au refus du géant de Cupertino de décrypter l’iPhone du tueur de San Bernardino, le FBI a fait appel à une tierce personne. Cette dernière, un pirate informatique, a réussi à contourner le système de sécurité installé par le propriétaire. Les enquêtes pourraient enfin avancer.

fbi

L’iPhone de Syed Farook décrypté grâce à des pirates mystérieux

Depuis des mois, le FBI essaie en vain d’avoir accès à l’iPhone de Syed Rizwan Farook. Celui-ci étant l’un des auteurs de la tuerie du 2 décembre 2015 qui a fait 14 morts et 22 blessés. Apple, à qui la justice américaine avait fait appel, a refusé cette fois-ci de collaborer pour des raisons d’éthique. En effet, le gouvernement américain lui réclamerait un système pour pirater les iPhone, chose violant les clauses de sécurité de données personnelles des clients du constructeur. Pour des raisons de l’enquête, le FBI a dû donc se passer de son aide pour décrypter l’iPhone du tueur.

Les mystérieux pirates, à qui le gouvernement a fait appel la semaine dernière, ont tenu leurs promesses. En effet, ils auraient réussi à ouvrir le smartphone et à garder son contenu intact. Même si certaines données nécessitent encore un travail de décodage, la police fédérale pourrait enfin mettre la main sur les contacts du terroriste islamique. C’est donc satisfait, que le FBI a décidé d’arrêter ses poursuites judiciaires contre Apple. Le constructeur pourrait au moins, en refusant cette collaboration étroite avec le FBI, se targuer d’être resté inébranlable face à la pression.

Vie privée et droit de l’Etat : quelle est la limite à ne pas franchir ?

Cette réussite laisse cependant place à de nombreuses interrogations. En effet, l’incapacité du FBI résulte du fait que le téléphone intégrait un système détruisant les données au bout de 10 tentatives erronées. Alors, l’on se demande l’identité de cette personne ayant réussi à installer le doute sur la faille sécuritaire des iPhone. Pour certains, il s’agirait d’anciens salariés d’Apple et pour d’autres ce seraient des hackers souvent recrutés par le FBI dans des cas comme ceux-ci.

L’autre volet inquiétant les uns et les autres concerne la limite entre la vie privée et le droit de l’État. A cet effet, le constructeur californien cherche à connaitre le type de procédés utilisés par les pirates. L’agence gouvernementale, craignant que cette faille péniblement découverte ne soit comblée par une mise à jour de l’iOS, refuse de divulguer la méthode. On se demande alors si cette dernière pourrait être utilisée dans les jours à venir. Surtout qu’une enquête sur un trafiquant de drogue à New York nécessiterait une requête du même genre.

Share This Post

Recent Articles

© 2017 Macsystem le blog sur Apple. All rights reserved. Site Admin · Entries RSS · Comments RSS